Di., 27. Oktober 2020

Premium /  


  1. René Fries /

    …comme s’il n’était pas occupé à préparer des massacres autrement plus importants – Charlie-hebdo, Nice et le “Bataclan” ayant d’ores et déjà fait plus de victimes que les SS.

    Mais comme toujours, il y a deux poids et deux mesures, les nazis ayant causé la mort de > 50 millions de personnes et le soi-disant “islam” de 270 millions (https://madworldnews.com/islam-270-million-death-toll/).

    Macron, lui, est partisan avoué de ce deux poids et deux mesures, tout d’abord en ce qui concerne impérialisme et colonialisme (“Bien sûr, pour Macron et les ignares de son espèce, seul l’impérialisme (colonialisme) européen (GB/P/E/F/NL/B/I/D) est à fustiger”, http://www.valeursactuelles.com/societe/barbara-lefebvre-la-combattante-93266). Et ensuite, sous http://www.valeursactuelles.com/societe/un-festival-etudiant-sur-israel-annule-sous-la-pression-de-militants-pro-palestine-93312#comment-561875 (attention, il faut cliquer sur “afficher plus d’éléments”, au besoin – dans un des liens que je donne – plusieurs fois) où il est dit entre autres choses plus ou moins réjouissantes, qu‘

    “[…] En effet, il suffirait de rendre obligatoire dans l’enseignement général en l’Europe des 28 (27), l’apprentissage des réalités historico-scientifiques ci-dessus.

    Cette obligation découle d’ailleurs automatiquement du principe d’égalité enchâssé dans toutes nos constitutions. En effet, comment justifier que la vérité historique de la ‚Bibelkritik‘ d’un côté (Wellhausen, Bultmann, Rosenzweig, Söding etc: ‚Jésus a effectivement vécu, mais nous ne pouvons reconnaître comme authentique que le Notre Père ou peu s’en faut‘) soit enseignée ou en tout cas librement accessible partout, alors que d’un autre côté, la vérité historique de la ‚Korankritik‘ soit systématiquement mise sous le boisseau et qui plus est, ‚dangereuse à dire‘?

    Tant que la dite obligation constitutionnelle n’est pas satisfaite càd que droit et justice sont bafoués, il ne peur être question d‘ ‚Etat de droit‘ ni même d’Etat [Cicéron: ‚ … que la suppression du droit et de la justice équivaut à la suppression de l’Etat‘ (Staatslehre, III – Goldmann Taschenbuch, Band 418)].”

Kommentieren Sie den Artikel

Meistgelesen