Do., 23. September 2021



  1. Claude Clemens /

    „sous le titre racoleur“: êtes-vous vraiment sérieux messieurs les ministres??? – „Le long article n’apporte rien de neuf“: donc vous connaissez les faits, et ils sont exacts, sinon vous auriez dit le contraire dans cette phrase? – „l’écrasante majorité“: 264 sur plus de 400, ce n’est pas une majorité écrasante … – „Nous tenons pour une évidence que la recherche scientifique doit continuer (…) et n’exclura bien sûr pas ceux qui s’étaient portés volontaires pour entrer dans la Wehrmacht ou même dans des compagnies SS. Nous ferons tout pour appuyer politiquement (…)“: donc dans le premier paragraphe, l’article est quasiment „dénigré“, en tout cas pas mis à faux, et voilà tout est dit, plus personne ne lit la suite … suite dans laquelle vous assurez votre soutien quasiment maximal pour la recherche scientifique??? Le Luxembourg, et des ministres en tête malgré les excuses du gouvernement suite au rapport Artuso, semble toujours avoir peur de vérités qui pourraient blesser. On peut creuser, mais pas trop svp?? Ne serait-ce pas de l’hypocrisie? Les Stolpersteine, c’est bien, les politiciens se pressent aux inaugurations, mais la recherche alors? Donner des noms aux victimes est permis, mais surtout pas donner des noms bien luxembourgeois à d’éventuels auteurs de crimes? Je souhaite plein de courage et de persévérance à tous les Scuto, Artuso, Lorang, jeunes ou plus vieux chercheurs, professionels ou amateurs, ici au Luxembourg et ailleurs.

  2. Bernard /

    Je pense que faire la synthèse d’événements complexes en se basant sur des sources sérieuses, et rendre ainsi accessibles au grand public des pans de l’Histoire de notre pays , est tout à fait salutaire et à encourager. Mes félicitations à Mil Lorang pour ce travail journalistique bien documenté, qui a certainement requis de très nombreuses journées de recherches. J’espère qu’il continuera dans cette voie, quitte à déranger. On ne peut décidément pas plaire à tout le monde….

  3. Scholnier /

    En letzebuerger Kz’ler sot emol:“ Mir Letzebuerger woren méi Preis wéi Preis.Virum Krich, am Krich nom Krich.“ Haut verstinn ech wat hien gemengt huet. Häer Lorang weider esou.

Kommentieren Sie den Artikel