So., 5. Juli 2020

Premium /  


  1. Grober J-P. /

    “Le scandale du „dieselgate“ est responsable de la mort prématurée de milliers de citoyens européens” Je voudrais bien remédier à ça, hélas on ne me laisse pas. J’en ai fait des demandes au constructeur de mon vieux Diesel, au DUH, au ministère de l’écologie, au ministère des transports, au ACL et à FEGARLUX.

  2. Astrolix /

    Est ce qu’il y a aussi des gens qui meurent d’hystérie collective? Tabac,Diesel,pâte dentifrice,alcool,mouche tigre,Malaria,etc.

  3. Yvonimajneb /

    Je relève de graves erreurs et un gros parti-pris dans ce billet d’humeur. Tout d’abord le CIRC n’a pas trouvé de “fortes preuves” de la génotoxicité du glyphosate dans son évaluation. Au contraire, le CIRC précise avoir des preuves “limitées” de sa génotoxicité chez les humains. Ensuite, l’auteur prétend que “Pour formuler son avis sur le glyphosate, le CIRC de l’OMS a pris en compte quelque mille études provenant de la littérature scientifique. EFSA et ECHA, au contraire, n’ont pas procédé à leurs propres études, mais ont basé leur avis sur un rapport de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques”. C’est malhonnête de prétendre cela. Sur leur site, le CIRC affirme avoir évalué environ mille études (et pas des milliers). Sur son site, l’EFSA affirme avoir évalué environ 1500 études et 1000 publications (et pas uniquement le rapport du BfR). Ni le CIRC, ni l’EFSA ou l’ECHA n’ont mené leur propres études, ce sont toutes des agences d’évaluations qui examinent les études faites par d’autres. Mais l’auteur insinue dans son article que le CIRC, contrairement à l’EFSA, conduirait ses propres études. Enfin, l’auteur ne mentionne nulle part que le CIRC a évalué le danger théorique que la substance puisse causer un cancer, tandis que l’EFSA a évalué le risque que la substance puisse causer un cancer, compte-tenu des niveaux d’exposition auxquels les humains sont exposés dans la vie réelle. Les deux résultats, même s’ils divergent, ne devraient pas être nécessairement contradictoires, en théorie. Il y a sans doute encore des effors à faire pour améliorer l’évaluation des risques au niveau européen. Mais la confiance envers les institutions, elle est avant tout ébranlée par des articles insidieux et mensongers comme celui-ci. Jean Feyder n’a pas confiance en la Commission européenne. Après ce que je viens de lire et les “erreurs” que je viens de relever, il m’est difficile de faire confiance à ce Mr. Jean Feyder.

  4. GuyT /

    Yvonimajneb essai de semer le doute tels les scientifiques malhonnêtes engagés à prix d’or justement comme “semeurs de doute”. M. Feyder a relevé a juste titre le scandal qui est que le lobbyistes ont manipulé les organismes de contrôle. Il n’y pas d’eureur dans son raisonnement, et de nombreux pays arrivent à juste titre au même conclusion. Au contraire c’est Yvonimajneb qui occulte le point important: si justement les choses ne sont pas clairs, il convient- c’est l’appoche traditionnelel europ.- de s’abstenir. D’autant plus que le round-up n’est pas un médicament mais un produit de commodité destiné in fine à booster le rendement agricole pour augmenter les bénéfices. Pour un médicament indispensable, il conviendrait effectivement d’accepter des risques au regard des bénéfices, mais certainement pour un produit tue-plante.

Kommentieren Sie den Artikel

Meistgelesen