Mo., 21. Juni 2021



  1. Serenissima, en Escher Jong /

    Monsieur Sold, 10% d’accord avec vous.
    Note identité nationale gagne en incluant les nouveaux venus; à supposer qu’ils veulent s’intégrer. est-ce le cas?
    Qui vivra verra……

  2. Marius /

    C’est vrai, depuis la nuit des temps, les humains de tout bord ont tenté de trouver des réponses à leurs aspirations. On peut facilement imaginer que chez beaucoup d’individus, la déception a dû être au rendez-vous. Le bonheur est-il un état empirique soumis aux changements imprévisibles, ou bien seulement un état agréable de l’esprit et du corps? Une notion difficile à déterminer, n’est-ce pas. Je me rallie plus tôt à la formule de Socrate qui pensa qu’une vie sans plaisir ne valait pas la peine d’être vécu. Au petit Grand-Duché il existe de nombreuses occasions de se faire plaisir, il suffit tout simplement de ne pas manquer les meilleures occasions et surtout se familiariser avec la notion du savoir-vivre français.
    En Europe et partout dans le monde, on a vu dans un passé récents des révolutions aussi bien de gauche que de droite. Une de celles-ci m’est restée particulièrement ancré dans la mémoire, celle qu’on a appelé le printemps arabe. Cette fois-ci, elle n’était pas dirigée par le prolétariat, mais bien par la religion de l’Islam. Donc un dépassement d’une ligne rouge et un pas dans la mauvaise direction, je pense, sans en vouloir dire d’avantage de cette tragédie.
    C’est un très bon signe, que dans la société luxembourgeoise actuelle, on trouve des gens de différentes idéologies et de différentes origines, dont la plus part n’ont pas le gout de faire la révolution et encore moins de faire la guerre. Tous ceux que viennent bien intentionnés, sont les bienvenus. En ne peut que souhaiter que le moto du 19e siècle, nous voulons rester ce que nous sommes, reste fermement ancré dans le subconscient des générations futures de ce pays, sans vouloir être médisant sur nos grands et puissants voisins.

  3. Jeannot /

    Bien écrit. Mais je doute que les Luxembourgeois soient prêts à faire cette révolution-là. Ils von plutôt essayer de mettre la marche arrière.

  4. Lucidissima /

    L’intégration est un processus lent, qui veut que tous les concernés bougent. Mär Lëtzebuerger och.

  5. Thierry /

    J’aime bien le commentaire de Marius. S’il pouvait seulement me dire „ce que nous sommes“ pour que je sache ce que je dois faire, moi, pour que „nous“ le restions …

    • Marius /

      Au 21 siècle, au temps de la globalisation mondiale et la gestion continuée de la crise économique néolibéral, j’estime pour ma part, que l’on peut très bien vivre au microcosme luxembourgeois, cosmopolite et multilingue. Le taux de la population non-luxembourgeoise se chiffre au-delà des 50 pourcents, tendance à la hausse, en plus des 200.000 résidents, sans passeport luxembourgeois, et des 180.000 frontaliers. Tous ces gens détiennent une part essentielle au niveau de vie actuel. La nationalité de nos concitoyens ne doit pas jouer un rôle significatif dans tout cela, car un jour ils seront tous des Luxembourgeois. Monsieur Sold précise bien dans son article d’opinion que le Luxembourg chuterait au rang d’une province allemande, appelons-le, un « Bundesland Luxemburg ». Ce ne serait sans aucun doute au gout de la majorité et je lui donne tout à fait raison pour son opinion pragmatique. Nul ne se doute du fait, que nous avons tous une chance extraordinaire de faire survivre le « petit Grand-Duché » encore pour une durée indéterminée, si nos grands voisins se montrent bienveillant à notre encontre et si notre situation économique reste stable.

      • Alvin Sold /

        Jusqu’en 1918, le Luxembourg „indépendant“ était intégré économiquement à l’Allemagne, via union douanière (Zollverein). Puis, dès 1919, la Belgique le considérait comme une province récupérée, via union union économique et monétaire. C’est au sein de l’Union européenne qu’il jouit maintenant d’une certaine autonomie, mais cette-dernière s’estomperait vite si l’économie nationale et les finances publiques étaient mal gérées. Il s’ensuit que que „nous“ sommes condamnés à une double croissance, celle du PIB, et celle démographique. Les historiens du 22ième siècle diront à leurs lecteurs comment les Luxembourgeois devenus minorité numérique se seront intégrés, en l’influençant grandement,, dans une vaste population essentiellement européenne.

Kommentieren Sie den Artikel