ForumING ferme ton compte au Luxembourg, mais ne veut pas que tu en fasses tout un fromage

Forum / ING ferme ton compte au Luxembourg, mais ne veut pas que tu en fasses tout un fromage
 Photo: Editpress/Julien Garroy

Jetzt weiterlesen! !

Für 0,59 € können Sie diesen Artikel erwerben.

Sie sind bereits Kunde?

On ne l’avait pas entendu venir, celui-là, avec ses grosses Klompen, mais Michael Burch le CEO d’ING Luxembourg a délivré avec grand succès 40.000 messages à ses fidèles clients particuliers (et d’ailleurs à d’autres), les informant de la clôture de leurs comptes. ING, en excellent communicateur selon elle, a en même temps rassuré le public qu’en revanche la banque continuera son support au marathon nocturne ING annuel. Cette nouvelle sur le marathon n’a pas soulevé l’enthousiasme des clients luxembourgeois lésés, et son souffle ne faisait tourner aucun moulin à vent. Le public a cependant fait tout un fromage autour des clôtures des comptes.

Une figure de proue de la place financière m’avait expliqué dernièrement l’acharnement avec lequel les banquiers luxembourgeois fermaient des comptes. „Est désormais un bon banquier celui qui ferme le plus de comptes, une aberration“, m’a-t-elle dit. Monsieur Burch est assuré de gagner la Tulipe d’Or 2024 qui revient à l’exterminateur du plus grand nombre de comptes. Et la banque sera la banque de l’année.

Une vache sacrée dans le paradis financier

Mais il faudra s’occuper du fromage. Les émotions qui courront tout au long des deux mois de délais accordés aux clients indésirables devront être rencontrées. Cela s’appelle limiter les dégâts, damage control. Ou bien „Schadebeperking“, comme l’apprendra Monsieur Burch. Difficile de manœuvrer sa péniche en ces eaux en 2024. Les résultats des banques luxembourgeoises étaient en hausse de 67,3 pour cent en 2023. C’est obscène de vouloir plus tout de suite. D’autres banques de la place se préparent pour récupérer les naufragés. 40.000 clients, c’est une belle part du marché. Pour ces banques-là, ces clients ne sont donc pas trop chers à maintenir. Peut-être ces sauveteurs pourront aussi engager les employés qui parmi le millier d’employés d’ING perdront logiquement leur emploi dans cette opération. Pas tout de suite. Ils doivent rester deux mois encore pour terminer la pénible besogne de l’écharnage et affronter les clients qui ne mâcheront pas leurs mots. Dans ce contexte, le damage control sera une vaste entreprise pour ING qui aura une réputation de bon voisinage, de banque et de bon employeur à réparer.

Reste le gouvernement luxembourgeois pris à contre-pied. Comment parler à une vache sacrée dans le paradis financier? Le ministre Roth a essayé de lui parler. C’était sans doute une gentille conversation et on s’est quitté avec l’entendement qu’on va se reparler, peut-être brouter un petit repas ensemble, „Dutch treat“. Entretemps, Monsieur Mosar, ami de parti de Monsieur Roth, a posé une question parlementaire au ministre Roth. La réponse tournait beaucoup autour des modalités de transfert des comptes d’ING à d’autres banques de la place. On s’éloigne donc déjà d’une discussion sur la cause fondamentale, le fait accompli de la décision unilatérale de la banque de clôturer des petits comptes en masse. On blâme un tiers pour la décision, le poids de la règlementation qui ferait que pour accepter un nouveau client, il faudra compter trois semaines en raison des règles de conformité KYC et anti-blanchiment. C’est cher et long, dira ING pour sa défense, et l’ABBL, saisissant l’occasion, chantera la même chanson. Ah, les belles années 1990 et 2000 du secret bancaire!

Cajoler des oligarques et politiciens kleptomanes

Sachant qu’en général, ce n’est pas le petit compte d’un particulier local qui nous vaut LuxLeaks et les Panama Papers, on risque de se limiter à cajoler surtout des oligarques, des politiciens kleptomanes (étrangers bien-sûr), les corrompus du monde et les réfugiés de l’optimisation fiscale. Les réfugiés luxembourgeois, ces dizaines de milliers qui doivent s’expatrier juste au-delà de la frontière parce qu’ils ne peuvent pas se loger au Luxembourg, ils devront aussi expatrier leurs „petits comptes“ pour en ouvrir à Arlon, Trèves ou Thionville. Pour le gouvernement luxembourgeois, quelle belle réussite! Il faudrait sans doute revoir la loi du 13 juin 2017 sur certaines obligations minimales des institutions qui viennent au Luxembourg, qui y sont les bienvenues et profitent des privilèges que leur offre la niche souveraine du centre financier.

Un mot sur l’application des règles KYC du GAFI et les 3 semaines qu’il faut selon la réponse à la question parlementaire pour vérifier chacun des 40.000 noms: hier à Truth Technologies, nous avons vérifié 95.000 noms pour un client en à peu près une heure. Nous faisons des milliards de vérifications similaires par an. Ceux de l’ING sont déjà revus au moins une fois à l’ouverture des comptes. Il ne faudra donc pas beaucoup de remédiation sur des dossiers déjà revus maintes fois.

Pas étonnant que trois semaines d’interventions manuelles pour l’ouverture d’un compte coûtent du temps et de l’argent, mais est-ce vraiment à ce point? Si c’était le cas, il y a longtemps que le client payerait des „frais sur règlementation“. Cette réponse qui décrit „compliance“ comme un travail de Sisyphe de trois semaines est soit un mensonge, soit témoigne d’un problème d’organisation et de systèmes inadéquats.

Quel gâchis!

Egide Thein est un ancien diplomate luxembourgeois et fondateur de la Luxembourg-American Chamber of Commerce
Egide Thein est un ancien diplomate luxembourgeois et fondateur de la Luxembourg-American Chamber of Commerce Photo: privée
Lucilinburhuc
4. Juni 2024 - 9.11

Quel gâchis! Et cela par ceux qui se felicitent d'^etres les experts contre le gâchis dans les débâts de l'EU ! Es ce que le sponsoring du prochain Marathon n'aurais pas l'effet opposé: se rédiculiser par une manque de crédibilité du vouloir supporter la. communité Luxembougeoise.

Grober J-P.
4. Juni 2024 - 8.55

950 chômeurs en plus, pas grave, non?