Le commentaire

18. Juni 2012 03:14; Akt: 18.06.2012 03:40 Print

Un message qui va au -delàUn message qui va au -delà

von Danièle Fonck - Au terme des deux mois d’élections consécutives, le message des Français de l’Hexagone comme de l’outre-mer est clair: ils veulent le changement.

storybild

Les Français veulent le changement. (Bild: AFP / Fred Dufour)

  • Artikel per Mail weiterempfehlen

Certes, le terme englobe beaucoup de choses. Ainsi en ont-ils eu assez d’un style de présidence très lié à la personnalité de l’ancien chef de la République. Mais plus encore, en accordant une majorité absolue au Parti socialiste et à des alliés radicaux de gauche, ils ont exprimé leur désir d’en finir avec une politique non seulement trop favorable aux plus aisés, oui, ils aspirent à plus d’équité, à une société plus juste, des relations sociales et humaines apaisées et, peut-être surtout, souhaitent qu’on en finisse avec le diktat d’un monde financier devenu simplement méprisant pour les citoyens et dès lors pour leurs élus.

Ce message-là va donc au-delà de la France. La chancelière qui tient les rênes à Berlin, qui ignore tout de la savante bonhomie qu’avait jadis Bonn, qui croit que toute l’Europe n’en veut qu’à „son argent“, l’argent allemand, aurait tort de jouer les durs. Car si personne n’en veut vraiment aux euros-DM, toute l’Europe aspire à pouvoir vivre décemment, dans le respect, y compris celui des souverainetés nationales.

Est-ce trop demander?

Ceux qui courent aujourd’hui derrière Mme Merkel et s’accrochent à ses jupons devraient cesser d’être autistes.

Nul ne peut vivre avec 300, 500, 700, 900 euros par mois, même s’ily aura toujours sur terre plus pauvres que les pauvres.

Puisque les Français ont choisi de donner une majorité confortable à leur président, prenons-en acte. Et profitons pour mettre en exergue les talents et les chances de l’Europe, au lieu de toujours et encore nous écraser parce que des marchés financiers – par la bouche d’émissaires qui privilégient leurs salaires en or à l’intérêt des peuples – nous racontent que nous serions nuls.