Macron participa le 10.6.2017 aux commémorations du massacre d’Oradour-sur-Glane. Le nouveau président français respectait le protocole officiel. Il parla d’abominables crimes perpétrés par des SS nazis de la division „das Reich“ sans faire une allusion au fait que des SS français volontaires au nombre de 13 (cf. „Dans les coulisses de l’obscurantisme“, E. Kutten) appartenant au premier bataillon du régiment „der Führer“ avaient participé au massacre.

Macron, fidèle à son nouveau rôle, n’a fait que feindre une grande union nationale, même si cela va aux dépens de la vérité historique. C’est la raison d’Etat qui prime et cela ne vaut pas seulement pour la France. Tout ceci est le résultat d’un passé au deuil inachevé. La collaboration 1940-1944 se cache sous cette historiographie du silence, ce qui est un signal d’alerte relatif à l’avenir.

Anzeige

Une mémoire apaisée ne peut reposer que sur l’approfondissement de la connaissance des faits et non sur un négationnisme calfeutré. Une chose est certaine, la nouvelle classe politique en France, venant du privé pour réformer le secteur public, ne touchera en rien aux bons vieux clichés historiques.

Edouard Kutten

Kommentieren Sie den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here