Le 26 mai s’ouvre un nouveau cycle politique dans l’Union européenne pour les cinq prochaines années. C’est peut-être la dernière occasion pour placer le développement durable au centre de notre agenda politique et entreprendre la transformation dont l’Europe a besoin.

De
Cristina Gallach,
Haute Commissaire pour l’Agenda 2030 du Gouvernement espagnol,

et
Nicolas Schmit,
candidat du Parti socialiste luxembourgeois au Parlement européen

Changer de regard pour agir de manière plus humaine et avec plus de confiance, depuis les institutions et en se connectant avec les citoyens, pour assurer une transition juste vers une société de bien-être durable pour toutes et tous.

L’Europe affronte aujourd’hui son avenir dans une conjoncture de détérioration des conditions sociales, d’accroissement de l’inégalité et d’insécurité pour une partie de ses citoyens. En outre, elle doit faire face à la nécessité d’aborder la crise environnementale avec un nouveau modèle énergétique qui débouchera nécessairement sur un changement du modèle de développement économique.

Lorsque le pacte social et générationnel est mis en doute par le manque d’opportunités et la crainte d’un avenir incertain, il est nécessaire de revendiquer le modèle social et de progrès que l’Europe doit représenter.

Le développement durable au cœur de notre action

Nous devons placer le développement durable au cœur de notre action pour entreprendre la transformation dont l’Europe a besoin en plaçant l’égalité des droits au centre, afin de ne laisser personne en arrière. Nombreux sont les défis que nous abordons: les niveaux d’inégalité sont de plus en plus accentués, la transformation numérique de l’économie, l’urgence créée par l’effondrement de l’environnement, entre autres, des problèmes qui nécessitent de nouvelles façons de penser et d’agir en commun de manière solidaire. L’Agenda 2030 et ses 17 objectifs de développement durable placent les droits des personnes et la durabilité au centre. Cet agenda est un accord universel approuvé par les 193 pays des Nations Unies, comme résultat d’une période de négociation et de dialogue avec les gouvernements et la société civile. Un engagement mondial qui interpelle également l’Europe pour la transformation des relations politiques, sociales et économiques que demandent nos sociétés.

Le 9 mai, nous avons célébré la Journée de l’Europe. C’etait le moment de revendiquer l’Europe que nous voulons pour ouvrir un cycle de développement qui place le continent européen à l’avant-garde du progrès inclusif et durable en tant que modèle de développement social. Il n’y a pas de temps à perdre. C’est maintenant ou jamais.
Les principes des Objectifs de développement durable sont les valeurs qui donnent du sens à l’Europe: le respect de l’Etat de droit, le dialogue et la tolérance, l’égalité des chances, la paix et la coexistence. Une Europe qui protège les droits des plus vulnérables, qui s’engage avec les Accords de Paris pour freiner le changement climatique, qui fait de l’égalité de genre une de ses priorités. En définitive, une Europe qui avance dans la construction d’un Etat social toujours plus fort et inclusif est et sera une Europe engagée envers le développement durable.

Les forces progressistes européennes que nous sommes, promouvons précisément cette Europe-là, en associant un nouveau contrat social à un pacte pour le développement durable.

Deux pays européens engagés

L’Espagne et le Luxembourg sont l’exemple de deux pays européens engagés dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030, à partir de leurs politiques nationales, mais avec le regard posé sur les institutions européennes comme le cadre nécessaire pour promouvoir les transformations décisives de notre temps.

L’Espagne a placé le développement durable au centre de son action politique, comme un engagement d’Etat qui interpelle la société dans son ensemble pour laisser un pays meilleur aux générations futures. Pour cela il est nécessaire de promouvoir les alliances pour atteindre les Objectifs de développement durable, à partir du leadership et de la mobilisation des citoyens. Un projet de pays où le développement durable se situe comme axe vertébrant. Le Luxembourg promeut la solidarité comme une responsabilité partagée qui donne sens au projet commun européen depuis sa création.

Face aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés en tant que sociétés, nous devons voir l’avenir comme une opportunité et non comme une menace. Que ce soit à la politique d’anticiper les événements, en tirant des leçons de l’expérience accumulée et en avançant avec détermination. C’est le moment de se mobiliser pour l’Europe. S’engager avec l’Agenda 2030 est une façon de le faire; il est urgent de construire une Union européenne durable, inclusive et plus juste.

 

Kommentieren Sie den Artikel


Please enter your comment!
Please enter your name here