En visite dans l’entreprise autrichienne installée à Sanem depuis 1994, le ministre de l’Economie Etienne Schneider a souligné l’importance de la technologie dans la lutte pour le climat.

Par Jérôme Quiqueret

Pourvu que la forte chaleur qui régnait hier dans les halles de l’usine Kronospan à Sanem n’ait rien d’une simulation futuriste. Elle faisait passer la canicule qui sévissait à l’extérieur pour un été indien. Si le ministre de l’Economie Etienne Schneider les a ironiquement qualifiées “d’indignes pour l’être humain”, ces conditions n’ont pas empêché la tenue de cette visite à haute teneur symbolique.

En mai 2017, Etienne Schneider avait tenu une conférence de presse commune avec le directeur de Kronospan Peter Stadler et le bourgmestre de Sanem Georges Engel pour annoncer un plan d’investissements de 330 millions d’euros en cinq ans, qui allait faire de l’usine de Sanem une usine passive, produisant plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Deux ans et une victoire écologiste aux élections plus tard, le trio était reconstitué pour admirer les nouvelles installations qui répondent aux prescriptions de l’étude Rifkin.

Triple win

L’emploi de bois recyclés pour construire les panneaux dont Kronospan est un leader mondial concourt désormais à l’économie circulaire. Nettoyé dans des grands silos, le bois est transformé en copeaux et réutilisé dans la production de panneaux OSB. Celui qui ne convient pas est, comme les déchets de bois du site, transformé en énergie dans une centrale de cogénération flambant neuve. 10% des besoins en bois viennent du Luxembourg et le reste dans un rayon de 115 km, tandis qu’une nouvelle installation permettra bientôt à l’entreprise de créer sur place sa propre résine.

Un nouveau centre de logistique et un nouveau raccordement ferroviaire devraient permettre également des gains en énergie sur le transport. Ces investissements ont déjà permis à l’usine d’économiser l’équivalent en CO2 des émissions annuelles de 96.000 voitures. Les installations de cogénération ont permis la production d’énergie équivalente à la consommation annuelle de 25.000 ménages. Désormais, Kronospan concourt pour 2 des 11% de l’objectif de production d’énergies renouvelables du pays. Pour couronner le tout, cent emplois ont été créés. “On ne peut faire mieux”, s’est réjoui Etienne Schneider. “C’est une triple win situation: pour l’entreprise qui baisse ses coûts de production et devient plus compétitive, pour l’environnement grâce aux grosses économies de C02 et à la production d’énergies renouvelables et pour les gens, car cent personnes ont obtenu un travail grâce à ces investissements.”

Bête noire des écologistes

Longtemps bête noire des écologistes, pour sa consommation en espaces et en énergie, ainsi que ses rejets industriels, l’entreprise, installée en 1994, voit son blason redoré.
“Chaque fois qu’il y a eu une innovation technologique, Kronospan l’a appliquée pour adapter sa production, réduire ses émissions, sa consommation d’énergie et les nuisances pour la population”, a noté le ministre. “Cela prouve que la technologie est ce qui nous aide à résoudre nos problèmes de climat.”

Etienne Schneider en a profité pour déplorer les positions hostiles à l’encontre de l’industrie, qui a besoin de temps pour faire sa mue. Un nom planait d’ailleurs sur la visite de Kronospan sans jamais être prononcé: celui de Knauf. Le fabricant sarrois d’isolations avait un temps pensé s’installer à côté de Kronospan, sur la zone industrielle “Gadderscheier”.

Le bourgmestre de Sanem, qui avaient bruyamment manifesté son hostilité au projet, finalement concrétisé de l’autre côté de la frontière, a tenu à rappeler que sa commune était sans doute une commune plus critique que d’autres mais qu’elle en avait aussi fait plus que d’autres dans la solidarité nationale, en accueillant une maison d’arrêt et une installation de traitement des déchets de construction. La présence de Kronospan lui vaut désormais le titre officieux de “commune la plus neutre climatiquement”, décerné par le ministre.

4 Kommentare

  1. Mir haaten schons eemol sou schéin nouvellen vun Kronospan.
    Dausenden an dausenden vun Aarbechtsplaatzeb giffen an der filière Boesch geschaaffen gin.
    Also firwaat soll daat heiten dann net antrieden???????????

Kommentieren Sie den Artikel


Please enter your comment!
Please enter your name here