Deux ours noirs ont été tués en deux jours par les autorités dans la banlieue de Vancouver, à l’ouest du Canada, après s’être aventurés dans une zone résidentielle où l’un des plantigrades a gravement blessé une femme en train de jardiner. Un ours noir pesant quelques 200 kg s’est introduit jeudi par une fenêtre dans une maison de la localité de Coquitlam. Chassé par les policiers appelés à la rescousse, l’animal s’est réfugié dans un arbre, où un responsable de la protection de la faune a tenté de l’endormir avec une fléchette anesthésiante. L’ours est tombé de l’arbre, mais comme il continuait à se montrer agressif, des membres de la police fédérale l’ont abattu de plusieurs coups de feu, a indiqué la presse locale. La veille, une résidente de Coquitlam qui se trouvait dans son jardin avait été attaquée et grièvement blessée par un autre ours. La femme, qui a été hospitalisée mais dont la vie n’est pas en danger, a subi de graves lacérations à un bras et à la tête et a eu des côtes cassées, a indiqué la police fédérale dans un communiqué.
Les incursions d’ours ne sont pas rares dans cette région proche des zones montagneuses et forestières où ils vivent. “Le problème, c’est qu’il y a des gens qui n’entreposent pas correctement leurs déchets domestiques. Les ours le sentent et viennent se nourrir de ces déchets. Ça les fait sortir de leur habitat naturel”, a déclaré à la presse un responsable local de la protection de la faune, Rick Hahn. Les attaques d’ours sont peu fréquentes, mais les autorités tuent chaque année quelque 700 ours dans la province de Colombie-Britannique, estimant qu’ils présentent une menace pour la population en venant chercher de la nourriture dans des zones urbaines.